A la Roche-Bernard se trouvait un pont permettant de traverser la Vilaine. Celui-ci, inauguré en 1911, long de 350 m dont 192 au-dessus de l'eau, large de 7 m et enjambant la Vilaine à 41 m de haut, permettait le passage à la route nationale et la ligne de Vannes à Méan par Herbignac et la côte de la ligne métrique à voie unique des Chemins de Fer du Morbihan http://fr.wikipedia.org/wiki/Pont_de_La_Roche-Bernard Il prenait la suite d'une passerelle provisoire installée en 1872 entre les piles (aujourd'hui encore visibles) du pont inauguré le 26 décembre 1839 qui avait perdu par deux fois sont tablier en 1862 et 1872.

Ce pont a été miné par les allemands le 4 août 1944 et sauta accidentellement le 15 août de ce même mois lorsque la foudre s'abattit sur les explosifs.

Après la guerre, les Américains ont amené des éléments en béton préfabriqués des plages d'Arromanches et installé un pont flottant qui a servi du 18 juillet 1948 à 1960, date de l'inaguration du pont actuel, qui a été doublé en 1995 par le pont du Morbihan où passe la déviation de la RN165 à 800 m en amont. La passerelle provisoire, longue de 300 m, large de 2 m 30 (1.70 m de voie +  trottoirs de 30 cm), haute de 4 m 60,  Sa était constituée de trois éléments : 2 passerelles d’accès en bois et une passerelle flottante constituée de 12 caissons, eux-même divisés en 8 compartiments étanches. Son tablier était en bois.

passerelle

L'ancien pont a été protégé par les allemands qui ont construit des deux côtés une position restée inachevée et sans numéro, qui comprend d'un côté une R677 et des emplacements pour canons anti-char, de l'autre, une casemate SK taillée dans la roche et dérivée du modèle (Regelbau) R630. De ce côté, dans le bas de la falaise, un tunnel fermé par une grille pour chauve-souris à barreaux épais servait de soute à munition; cette galerie a été creusée par les allemands et est longue de 80 m; elle remonte en pente mais ne communique avec aucune autre galerie. Non loin, des éléments en ferraille, soit de l'ancienne passerelle provisoire, soit des tétraèdres allemands récupérés, ont été empilés dans les broussailles.

Au-dessus, on peut accèder dans des souterrains en briques et maçonnerie, qui tendent à descendre vers le bas de la falaise mais qui ne communiquent pas avec, et pour cause, c'était une galerie ménagée à l'intérieur de la pile de l'ancien pont pour accèder à l'extrémité des câbles porteurs du tablier du pont. D'autres souterrains de l'autre côté servaient au même usage. Nous avons reçu une carte qui en donne les entrées, de part et d'autre du pont :

 

la roche-bernard-souterrains-pt

Affaire à suivre, donc.