Situation : Saint-Marc, commune de SAINT-NAZAIRE, l-d les Gabourettes, à gauche de la D292, quasiment face à la rue Dumont D'Urville.

Positions proches : Nz2 (villa Georama), Nz 355 (camp de la Torpille)

Descriptif de la position : D'après http://www.festungstnazaire.be/ le PC lui même, une tour FL250 accollée d'une habitation de plan carré avec cour, un encuvement Fl 243 prévu pour un canon de 8.8 cm qui ne fut jamais installé, mais remplacé par un canon de Flak légère 2 cm pour la défense aérienne rapprochée, un R622 qui sert de fondation à une maison, un abri pour puits, 4 tobrouks Vf58c et 3 habitations en dur.

Visite possible du FL ? Oui, en demandant à l'occupant des lieux quand il est là. Se munir d'une torche.

P9106392

Voir les photos : http://bunkerleaks.canalblog.com/albums/fl250_st_marc_/index.html

D'autres villas du secteur étaient occupées. 1 officier, 24 sous-officiers et 86 soldats dépendaient de ce PC. Pour la défense des villas, il y avait deux tobrouks Vf58c, un à l'accès du chemin cotier (bouché), un autre saillant de dessous un mur + 2 créneaux dans le mur d'une villa (ci-desspus, l'un d'eux, visible).

P9106264

Ce genre de créneau est visible dans d'autres endroits sur la côte, notamment dans le secteur de la Turballe (Tu 17a Kerhué).

Du tobrouk, on ne devine que le rebord et le linteau. De l'autre côté du mur, un gros buisson cache tout vestige.

P9106263

C'est dans le jardin d'une des villas des alentours que se cache un vestige méconnu et sans doute le plus intéressant de toute la position, hors FL250.

En effet, plusieurs villas des alentours étaient occupées. Mais celles-ci n'avaient jamais été construites pour supporter un bombardement. Donc, il fallait un abri "de défense passive" rapidement accessible, relativement fiable et facile à construire. La solution simple mise en oeuvre fréquemment, notamment sur les fronts de la Poche de saint-Nazaire, était de creuser une tranchée et de la couvrir rapidement de planches, camouflées sous de la terre et des taillis. C'est le principe de l'abri visible ici :

P9106401

Cette entrée et une autre à forte pente menaient à un petit ensemble de galeries creusées dans le rocher qui affleure. Une troisième entrée à escalier est maçonnée. La hauteur est de plus de 2 m, la largeur d'un mètre 50 à deux mètres. Une partie des parois sont bétonnées, les autres, notamment celles des accès, ont été laissées dans leur état naturel. Il y a des niches latérales. Là où l'abri atteint la surface du sol, depuis laquelle il a été creusé, il y a des tôles métalliques surmontées de 20 à 30 cm de terre. Dans une des niches, il y a une inscription "Ruhe !" (silence!) en lettres gothiques, certainement contemporaine de la construction de l'abri.
P9106404

Celui-ci a été rebouché après-guerre, puis est resté ainsi jusqu'il y a quelques années, lorsqu'il a été redécouvert et débouché. Selon ceux qui ont brouetté les tonnes de terre qui étaient dedans, l'une des galeries de l'abri sortait sous le rebord de la falaise, du côté du chemin cotier, mais il y a peut-être confusion avec le troisième accès (escalier muré) qui effectivement sort du côté du chemin cotier, mais qui en est encore distant d'une quinzaine de m.

D'autres endroits de la Festung Saint-Nazaire ont été occuppés par les allemands sans construction de gros blockhaus ou avec une protection minime et discrète auprès de villas d'avant-guerre. Il est possible donc que d'autres abris de ce type, ou plus simples encore, subsistent sous terre et soient en partie accessibles.

Plan du souterrain (approx.) :

P9106248